Tourterelle triste

Comment la reconnaître?  La Tourterelle triste a un plumage beige avec un peu de gris.  Ses ailes sont tachetées, bordées de noir en dessous et de blanc au-dessus.  Elle a sous l’œil une marque noire caractéristique en forme de croissant.  Elle a une longue queue.  Le mâle et la femelle sont similaires.

Tourterelle triste

Écoutez cet oiseau

Son chant plaintif « wou-ou-ou-ou » de même que le sifflement de ses ailes à l’envol sont entendus fréquemment dans son aire de répartition.

La Tourterelle triste est répartie dans le sud du Canada, et à la grandeur des États-Unis. Elle est nicheuse migratrice à l’intérieur de notre territoire, mais plusieurs individus passent l’hiver en notre compagnie si une source de nourriture, telle une mangeoire est accessible.  Elle est donc souvent aperçue aux mangeoires en hiver, se nourrissant principalement de graines.

Ces nouvelles sources de nourriture auraient permis aux tourterelles tristes d’hiverner en sol québécois. Car même s’il est possible de l’observer à longueur d’année, la tourterelle triste est habituellement un oiseau migrateur, dit de proximité. Mal adaptées aux longues périodes de froid intense, certaines tourterelles se déplacent en sol américain.

Tourterelle triste

En été, elle consomme également des plantes herbacées et des insectes.

La Tourterelle triste est pourvue d’un palais mou, qui lui permet de boire sans relever la tête, une caractéristique peu commune chez les oiseaux.

Elle fréquente les milieux agricoles, urbains et semi-urbains. L’espèce est généralement monogame.  Une nichée est habituellement constituée de deux jeunes. L’espèce est prolifique, on peut compter jusqu’à six nichées sur une année.  Les deux parents s’occupent des jeunes.

Tourterelle triste

La population québécoise s’établirait à plus de 750 000 individus.  Cette croissance de la population depuis les 40 dernières années s’expliquerait principalement par les mangeoires installées par les gens durant l’hiver, mais également aussi,  avec la multiplication des champs de maïs dans les zones agricoles québécoises.

Tourterelle triste

Depuis 2016, la chasse à la Tourterelle triste est dorénavant permise au Québec et a lieu pendant une période de 106 jours débutant le samedi le plus près du 18 septembre.

Références:

http://www.ceaeq.gouv.qc.ca/ecotoxicologie/oiseaux/Tourterelle.pdf

http://www.fedecp.com/nouvelles/2016/apres-le-dindon-sauvage-une-nouvelle-chasse-instauree-au-quebec-la-tourterelle-triste/

https://www.allaboutbirds.org/search/?q=Mourning%20Dove

Audio: xéno-canto, Michel St-Martin, https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/