Pluvier Kildir

Comment le reconnaître?  Ce magnifique oiseau a deux colliers noirs sur sa poitrine blanche. Son cou et son front sont  blancs.   Le dessus de la tête est brunâtre et une bande foncée traverse la nuque.  Son bec est noir.  La partie supérieure du dos et des ailes sont brunes mais, déployées, on peut apercevoir une rayure blanche.    Il a une longue queue et les pattes sont jaune pâle.  Le mâle et la femelle sont identiques.

4Pluvier kildir 1300px-4_00001
Pluvier kildir

Écoutez cet oiseau

Le Pluvier kildir arrive tôt au printemps.  Il est fréquent dans presque toute la partie Sud du Canada.  Il quittera peu à peu vers des régions plus chaudes au début de l’automne et, à la fin d’octobre ou au début de novembre, il n’en restera plus que quelques-uns.

Pluvier kildir

Au printemps,  il fréquente les rivages, par la suite, champs, labours, bord des chemins en gravier.

Pluvier kildir

Le Pluvier kildir choisit sa nourriture parmi une grande variété d’insectes et d’autres invertébrés, dont la plupart nuisent aux cultures.   Les sauterelles, chenilles, fourmis, punaises, phyganes, libellules, etc.  C’est un allié pour les agriculteurs car il mange une quantité phénoménale d’insectes nuisibles.

Pluvier kildir

Il est admirablement bien adapté pour vivre sur le sol.  Les larges rayures foncées pectorales et le motif blanc et noir alterné sur la tête constituent un camouflage particulièrement efficace dans les champs labourés et sur le gravier.

 

Il a un vol puissant et rapide.  Il court à vive allure grâce à ses longues pattes et il est aussi un nageur expérimenté.

Le Pluvier kildir s’accouple dès son arrivée au printemps et débute la construction du nid qui sera construit sur le sol, à un endroit d’où il peut voir de tous côtés.  Les œufs doivent se confondent avec la terre, les cailloux et les roches.

Dès leur sortie de l’œuf,  les petits sont entièrement recouverts d’un épais duvet et ressemblent à leurs parents, sauf qu’ils ont une seule bande pectorale.

PLUVIER KILDIR
Pluvier kildir oisillons

Les petits devront se nourrir par eux-mêmes.  Il est inné chez cette espèce de se nourrir seul et leur survie en dépend.   Les parents ne nourrissent peut-être pas les petits, mais ils les surveillent constamment, les couvant, les protégeant contre leurs ennemis et les avertissant du danger.

Au premier signe d’une menace, le mâle ou la femelle lancera une note d’alarme au son de laquelle les oiselets s’immobiliseront.  Ils resteront blottis, sans mouvement, jusqu’à ce que l’adulte leur donne le signal de fin d’alerte.

Si le Pluvier kildir perçoit un danger, il lance des appels bruyants et de vole autour de l’ennemi.  Si cela ne suffit pas, il n’hésite pas à feindre d’être blessé en laissant pendre une aile et en étalant la queue pour attirer l’attention afin d’éloigner le prédateur du nid.

Il se blottit alors sur le sol en laissant pendre une aile comme si elle était brisée.  Il sautille d’une façon pitoyable en lançant son kill-dî-î sur un ton de souffrance extrême.

Pluvier kildir

Références:

http://www.hww.ca/fr/faune/oiseaux/le-pluvier-kildir.html

https://www.allaboutbirds.org/guide/Killdeer/

Audio:Martin St-Michel;, xeno-canto,https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/