Oie des neiges

Comment la reconnaître?   La Grande Oie des neiges, aussi appelé Oie Blanche, est entièrement blanche, sauf pour le bout des ailes qui sont noires.   Les pattes sont rosâtres, tout comme le bec.  Les jeunes Oies ont le plumage gris avec des motifs gris blanc. Leurs pieds et leur bec sont d’un vert ardoise foncé.

Parce que la Grande Oie des neiges fouille continuellement dans la vase en quête de nourriture, sa tête prend souvent une couleur brun rouille à cause des traces de fer dans la boue.  Au cours de leur premier hiver, les jeunes perdent petit à petit leurs plumes grises qui sont remplacées par des blanches.  Au début de leur deuxième année, les juvéniles sont aussi blancs que leurs aînés.

Grande Oie des neiges

Écoutez cet oiseau:

Imaginez un périple de 4000 kilomètres dans les airs, de la côte est États-Unis jusqu’en Arctique.  C’est cette distance que parcoure la Grande Oie des neiges au printemps pour se rendre du lieu où elle hiverne jusqu’à l’endroit où elle se reproduit.  Entre les deux, vers la fin mars, elle s’arrête chez nous.  Une halte pour reprendre des forces, faire le plein d’énergie et accumuler des graisse avant d’entamer l’étape finale du périple.

Pendant cette période, la Grande Oie des neiges mange et mange encore, quasiment 24/24.  Cette halte migratoire dans le sud du Québec est essentielle à sa survie, en particulier au printemps parce que lorsqu’elle arrive en Extrême-Arctique, le sol est souvent encore gelé.

Grande Oie des neiges

La Grande Oie des neiges est herbivore.   Elle se nourrit des racines et des feuilles d’une grande variété de graminées.   Elle cherche de la nourriture dans les champs agricoles, où elle consomme des déchets d’avoine et de maïs ou broute le gazon, les mauvaises herbes et les trèfles.  Il n’est pas rare de voir des troupes de plus d’un millier d’Oies en train de brouter dans un champ.

Pendant la saison de reproduction, du début de juin au début de septembre, la Grande Oie des neiges vit dans la toundra de l’Extrême-Arctique, près des côtes ou à l’intérieur des terres sur les collines ou dans les basses prairies humides où pousse une grande variété de graminées et de carex.   Pendant l’hiver, sur la côte de l’Atlantique aux États-Unis, elle fréquente les anses et les baies marines, les marais, les prairies côtières et les champs cultivés.

Grande Oie des neiges

Toutefois il semble que certaines oies ne migrent pas.  Elles demeurent sur notre territoire; sud du Québec.

Grande Oie des neiges

La Grande Oie des neiges ne commence pas à se reproduire avant l’âge de deux ans et elle s’accouple pour la vie.  La femelle choisit l’emplacement du nid et construit ce dernier à elle seule, mais le mâle reste aux alentours.   Le nid est généralement caché dans une petite dépression du sol et est constitué de petits morceaux de végétaux séchés que la femelle trouve dans le voisinage immédiat.  La femelle peut pondre son premier œuf dans l’heure qui suit le choix de l’emplacement du nid et, au fur et à mesure de la ponte, elle peut ajouter du nouveau matériel de nidification, y compris du duvet provenant de sa poitrine et de son ventre.

Lorsque l’oison naît, il pèse à peine 100 g.   Avant que le sol ne gèle de nouveau, il aura six semaines à peine pour gagner 20 fois son poids et atteindre les 2 kg nécessaires pour entreprendre le long vol de retour automnal.

Grande Oie des neiges

Les couples ne se séparent jamais et si l’un des deux meurt, celui qui reste ne prendra pas d’autre partenaire.  La raison de cette indéfectible fidélité est que les couples sont unis à vie pour économiser temps et énergie.  Les Grandes Oies des neiges n’ont pas le temps de faire la parade pour se reconquérir chaque printemps.

Références:

http://www.hww.ca/fr/faune/oiseaux/la-grande-oie-des-neiges.html

https://www.allaboutbirds.org/guide/Snow_Goose

Audio: Martin St-Michel, xeno-canto,https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/