Buse à queue rousse

Comment la reconnaître?   Il existe 14 sous-espèces de Buses à queue rousse réparties en Amérique du Nord et en Amérique centrale dont, au Québec, la sous-espèce Buteo jamaicensis borealis.   On la reconnaît par ses plumes brunes sombres, mouchetées de blanc sur le dessus du corps.  La tête est plus pâle.   Le ventre est blanc avec des stries brunes et rousses.   La queue est de couleur rousse.

Buse à queue rousse

Écoutez cet oiseau

La Buse à queue rousse est répartie sur presque tout le territoire méridional du Québec, à l’exception des îles de la Madeleine, de l’île d’Anticosti et de la Basse-Côte-Nord.   Dans le sud du Québec, elle passe l’hiver avec nous.  Seules les Buses à queue rousse vivant plus au nord migrent vers le sud.

Buse à queue rousse

La Buse à queue rousse habite les milieux ouverts ou semi-ouverts et possède plusieurs perchoirs élevés d’où elle aime observer son environnement à la recherche de proies potentielles.   Elle est un prédateur diurne qui se nourrit principalement de petits mammifères, d’oiseaux, d’insectes, d’amphibiens et de reptiles.

Chasseur opportuniste, elle adopte la majeure partie du temps une position d’attente lorsqu’elle est perchée sur un arbre ou un poteau le long d’une route ou d’un champ.  Les petites proies sont habituellement amenées aux perchoirs alors que les proies les plus volumineuses sont dévorées en partie au sol.

Durant l’été, la Buse à queue rousse est active environ 15 heures par jour, passant 4 % du temps à voler et 96 % à se percher.  En hiver, les adultes et les juvéniles sont actifs 11 heures par jour, dont 93 % du temps est passé à se percher.  D’autres études rapportent que la buse peut voler et planer jusqu’à 25 % du temps accordé aux activités quotidiennes.

Buse à queue rousse

La Buse à queue rousse est une espèce monogame et s’accouple pour la vie.  La construction du nid débute tôt en avril au Québec.  Le couple retourne habituellement année après année au même site de reproduction.  Il peut réutiliser un nid déjà en place ou en construire un nouveau.  L’élaboration de la plate-forme dure de 4 à 7 jours et est constituée de branches et de brindilles de 6 à 40 mm de diamètre, d’écorce, de tiges et de verdure.

La Buse à queue rousse construit son nid dans de grands arbres matures, principalement des feuillus (orme, chêne, frêne, érable et hêtre), à l’intérieur de forêts clairsemées.  Le plus souvent, son nid est positionné près du tronc, dans la fourche supérieure d’un arbre de grande taille.

Buse à queue rousse

Deux œufs sont pondus.  L’incubation débute à la mi-avril et s’échelonne sur une période de 30 à 34 jours.  L’incubation incombe principalement à la femelle; cependant, le mâle incube environ 1,5 h en matinée et jusqu’à 3 heures en après-midi.  Le mâle apporte régulièrement de la nourriture à la femelle au nid.  Les oisillons naissent vers la fin mai. La femelle est la seule à couver les jeunes (entre 1 et 5 heures/jour) pendant une période d’environ 30 à 35 jours après l’éclosion.

Buse à queue rousse

Le mâle est le principal pourvoyeur de la nourriture au nid, que la femelle distribue aux oisillons.  Il arrive parfois que les jeunes s’entretuent si la nourriture est rare.  Les jeunes quittent le nid vers l’âge de 6 à 7 semaines.  Ils demeurent aux environs du nid pendant une période additionnelle de 18 à 25 jours . Vers la neuvième semaine d’existence, les jeunes accompagnent les parents aux aires de chasse, mais les adultes continuent de nourrir leur progéniture jusqu’à l’âge de 12 semaines, stade auquel ils sont normalement capables de chasser seuls. Ils quitteront le territoire parental entre 4 à 21 semaines plus tard.

BUSE À QUEUE ROUSSE 6 1300px_00001
Buse à queue rousse

Références:

http://www.ceaeq.gouv.qc.ca/ecotoxicologie/oiseaux/Buse.pdf

https://www.allaboutbirds.org/guide/Red-tailed_Hawk

Audio: xeno-canto, Bruce Lagerquist, https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/