Une rencontre inattendue en kayak

J’avais un préjugé et peu d’intérêt pour ces oiseaux que sont l’on a tendance à nommer Mouettes, mais qui sont en fait, des Goélands à becs cerclés,  jusqu’à ce qu’une ballade en kayak en change radicalement ma perception.  Oui, ils sont nombreux, envahissants et bruyants mais, dans leur habitat naturel, c’est une toute autre chose.

Rencontre fortuite lors d’une ballade en kayak.  Après une vingtaine de minutes à pagayer à contre vent, une minuscule île est apparue au loin.

J’ai mit l’oeil dans le viseur de ma caméra et fait un zoom.  L’île abritait des dizaines de Goélands à bec cerclé en période de nidification et quelques Cormorans à aigrettes.  Ces deux espèces partagent parfois les mêmes espaces.  Le Cormoran à aigrettes, qui fait son nid dans les arbres ou sur le sol, niche de temps à autre avec le Goéland à bec cerclé.

Goéland à bec cerclé

Les Goélands à bec cerclé ont l’habitude de côtoyer les humains et ma présence n’a pas semblé les déranger.   J’ai donc pu les observer un bon moment.   Les adultes semblaient très aimants avec leurs petits et étaient attentifs à leurs moindres gestes.  Les études ornithologiques affirment que ces oiseaux sont  d’excellents parents et qu’ils réussissent mieux que bien d’autres oiseaux à conduire leurs jeunes à maturité.

Goéland à bec cerclé (poussins)

Les couples se relaient pour couver les œufs et, en moyenne, les couvent pendant plus de 59 minutes par heure.  En général, plus de 80 p. 100 des œufs éclosent, mais de nombreux oisillons meurent peu après.

Goéland à bec cerclé

 Néanmoins, le Goéland à bec cerclé réussit mieux que de nombreuses autres espèces de goélands et amène souvent deux de ses trois oisillons à l’âge de l’envol, soit à cinq ou à six semaines.   Ce succès élevé de reproduction, associé à une espérance de vie de 10 à 15 ans, a contribué à l’explosion démographique que connaît actuellement l’espèce.

Le Goéland à bec cerclé est  aujourd’hui l’espèce la plus répandue en Amérique du Nord. Mais il n’en fut pas toujours ainsi, car en raison de l’engouement au XIX* siècle pour les plumes blanches décorant les chapeaux et les robes, il faillit disparaître comme bien d’autres espèces d’oiseaux, d’ailleurs.

Voir  »Goéland à bec cerclé » dans le menu pour en connaître + sur cet oiseau.