Attention pylône!

En 2016, près d’une cinquantaine de rapaces ont été électrocutés alors qu’ils étaient perchés sur des pylônes électriques dans les basses-terres continentales de la Colombie-Britannique.  Seuls deux des 47 oiseaux ont survécu, mais gravement blessés.  La plupart des oiseaux électrocutés étaient des pygargues à tête blanche, mais on comptait aussi plusieurs faucons et un balbuzard pêcheur.

Plusieurs rapaces transportaient leur proie au moment de leur électrocution.  Les oiseaux de proie sont victimes d’électrocutions lorsqu’ils déploient leurs ailes pour s’envoler et qu’ils touchent en même temps deux câbles électriques proches.  L’oiseau crée un « pont conducteur » entre les deux câbles et les électrons  (charge électrique) traversent l’animal.

PYGARGUE À TÊTE BLANCHE 1300px_00001
Pygargue à tête blanche

Pour un oiseau, toucher une ligne à haute tension est sans danger à condition d’être électriquement isolé et petit.  Tel un condensateur,  l’oiseau se charge et se décharge périodiquement au rythme des oscillations du courant alternatif de la ligne.

C’est grâce à sa petite taille que le courant qui traverse ses pattes ne constitue pas un danger.   Il n’y a électrocution que lorsque l’oiseau touche deux câbles de tension différentes à la fois, les courants étant attirés l’un vers l’autre.

Toutefois, pour les oiseaux de proie, les lignes électriques ou pylônes représentent une importante cause de mortalité.  

Balbuzard pêcheur

Les lignes électriques, pylône représentent  aussi un risque de collision pour les oiseaux lors de leurs déplacements migratoires.  Ce risque est accentué par temps de brouillard.

LIGNE ÉLECTRIQUE

Référence:

https://ici.radio-canada.ca/espaces-autochtones/a-la-une/document/nouvelles/article/1008495/colombie-britannique-oiseaux-electrocutes-rapaces-pygargues-