Observer les comportements des oiseaux pour prévoir les catastrophes

L’organe paratympanique (OPT) a été découvert par l’anatomiste italien Giovanni Vitali en 1911 : c’est un organe sensoriel situé dans l’oreille moyenne des oiseaux.  La plupart des espèces en sont équipées, mais certaines en sont dépourvues comme les hiboux ou les engoulevents (groupe d’oiseaux insectivores, nocturnes).

BRUANT À COURONNE BLANCHE
Bruant à couronne blanche

Les dépressions (tempêtes, ouragans…), qui se traduisent généralement par une baisse des températures, provoquent un refroidissement du corps des oiseaux et donc entraînent une augmentation de leur métabolisme basal.  Or ces perturbations atmosphériques, qui sont souvent accompagnées de forts vents et parfois de chutes de neige ou de pluies abondantes,  peuvent limiter la recherche de la nourriture indispensable à la fourniture d’énergie.  Les oiseaux équipés d’un OPT peuvent « se préparer » à l’arrivée d’un ouragan ou d’une tempête : une expérience menée en laboratoire sur le Bruant à couronne blanche (Zonotrichia leucophrys) a montré qu’une baisse de la pression entraînait une augmentation de l’activité de nourrissage de ce passereau.

BRUANT À COURONNE BLANCHE
Bruant à couronne blanche

Plusieurs amateurs, notamment nord-américains, ont observé que quelques jours avant le passage d’ouragans ou de tornades,  beaucoup d’oiseaux fréquentaient de façon assidue les mangeoires.

Au passage de l’ouragan Sandy en 2012,  des observateurs ont rapportés que les oiseaux dans les mangeoires étaient comme fous, se nourrissant activement même sous la pluie et le vent, ce qui constitue un comportement inhabituel.   Les oiseaux auraient ressenti l’arrivée de la perturbation et auraient tenté à ce moment précis de faire le maximum de provisions avant l’arrivée de la tempête.

BRUANT À COURONNE BLANCHE
Bruant à couronne blanche

Le docteur Creagh Breuner Breuner laboratory qui a étudié les Bruants à couronne blanche de la Sierra Nevada en Californie, avait émis l’hypothèse qu’une baisse de la pression atmosphérique aurait pu constituer un signal provoquant une augmentation de la production des hormones glucocorticoïdes, qui sont associées au stress et qui favorisent les comportements de survie comme la recherche de nourriture. Mais il n’a pas détecté de variation du taux de corticostérone en réalisant des prises de sang chez des dizaines de bruants 12 heures avant des tempêtes de neige…

Si l’Homme dispose désormais de méthodes sophistiquées d’étude et de prévention des catastrophes naturelles, l’observation attentive des signes de la nature peut donc lui apporter des indices précieux.

Références:

http://breunerlab.squarespace.com/

http://www.ornithomedia.com/pratique/debuter/organe-paratympanique-barometre-interne-oiseaux-00777.html